Drapeau France                     Drapeau espagne                    Drapeau UK                  drapeau américain            drapeau émirats
Home white on blue 32x32 PLAN DU SITE DR. GEORGES DEBLED TV-VIDEOS LIVRES
COMMENT RETARDER LE VIEILLISSEMENT DE LA FEMME
 

L'Atrophie Vaginale

La femme sans âge

Il est impossible de comprendre les maladies du vieillissement féminin si le phénomène de la ménopause n'est pas compris d'abord.

L'atrophie vaginale est un symptôme de la ménopause et n'est pas un symptôme de la maladie des androgènes de la ménopause ( en bref: la maladie ménopause)

La ménopause présente les signes évidents : l'arrêt de l'ovulation et de l'arrêt des règles ces phénomènes sont physiologiques et ne constituent pas une maladie.

Si la toute grande majorité des symptômes de la ménopause (maladie ménopause) est provoquée par l'insuffisance de sécrétions de la testostérone et de la dihydrotestostérone, un symptôme vaginal douloureux est lié au vieillissement reproductif, et par conséquent à l'insuffisance de sécrétions des hormones estrogènes:

  • l'atrophie vaginale

Elle participe évidemment à l'atrophie des organes de la reproduction (utérus et ovaires). L'épaisseur des parois du vagin diminue.

D'où l'idée généralement admise qu'un traitement hormonal de substitution (HRT) aux hormones femelles (estradiol et progestérone) est nécessaire pour rendre les parois du vagin plus épaisses et moins sensibles dans le but d'éliminer les douleurs lors des rapports sexuels.

Mais:

1. Le traitement hormonal de substitution (HRT) peut provoquer des troubles importants.

2. La lubrification de la vulve et du vagin pendant la pénétration, dépend essentiellement de la sécrétion des glandes qui se trouvent de part et d'autre de la vulve (les glandes de Bartholin) et d'autres glandes qui se trouvent dans les parois de l'urètre. La sécrétion de ces glandes dépend surtout de la dihydrotestostérone.

Par conséquent, en cas de sécheresse vaginale, il semble logique:

1. Dans un premier temps, de compenser le manque de dihydrotestostérone.

2. D'utiliser éventuellement un gel facilitant la friction.

3. De recourir à l'utilisation d'estriol (un estrogène léger) sous forme de comprimés ou de gel en application locale (aacifémine),  en dernier recours; car même un estrogène faible peut provoquer les inconvénients considérables et impressionnants résumés dans la notice de ce médicament ( à télécharger)